Après les acariens et les graminées, les chats sont la troisième cause d'allergie la plus importante. Un Français sur dix en souffre, mais cela signifie pas que un Français sur dix se prive de la douce et apaisante présence d'un matou.  Parce que être allergique aux chats et avoir un félin à la maison, c'est possible !

Contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas les poils qui sont responsables des problèmes allergiques mais les allergènes qu’ils contiennent. Les substances à l’origine des allergies ont été identifiées, il s’agit de la protéine Fel d1, produite au niveau de la peau des félins. Les particules sont également présentes dans les squames (pellicules), la salive, l’urine ou les larmes des chats. Leur production dépendant d’une influence hormonale, les chats mâles produisent plus d’allergènes que les mâles castrés ou les femelles.

Quelques minutes après l’exposition, la personne peut être victime d’un écoulement nasal, des yeux rouges, de toux, d’un essoufflement, de crises d’asthme, d’urticaire voire parfois d’un oedème de Quincke.

Faut-il pour autant prévenir les allergies ou l’asthme des enfants en interdisant la venue d’un chat à la maison ? 

Outre l’intérêt affectif de l’animal, une découverte américaine plaide en faveur des félins.
Selon ces chercheurs, les enfants qui vivent en présence d’un chat pourraient développer une réponse immunitaire qui préviendrait le développement de l’asthme. En étudiant la réponse immunitaire de 226 enfants âgés de 12 à 14 ans (dont 47 asthmatiques) aux allergènes du chat et aux acariens, les scientifiques ont trouvé que quelques enfants avaient développé une tolérance vis-à-vis des allergènes du chat grâce à un type particulier d’anticorps. Certains, exposés aux allergènes du chat durant de longues périodes, pouvaient même développer un effet protecteur contre l’asthme. Un niveau d’exposition élevé peut soit engendrer un effet protecteur soit représenter un facteur de risque.
D’autres facteurs interviennent : génétiques, environnementaux, etc. Vous n’éliminerez donc pas forcément le risque d’asthme chez votre enfant en congédiant votre matou. 
(source : Doctissimo.fr)

N'y a-t-il donc aucune solution ?

 

Outre des traitements, il existe des races de chats moins allergisantes que les autres.

le-chat-fait-sa-toilette

Quel chat choisir si l'on est allergique ? 

Les chats dépourvus de poils ou au pelage court provoquent eux aussi des allergies, car ils produisent comme les autres de la felD 1, la protéine contenue dans la salive, les peaux mortes et l'urine des félins, et qui est à l'origine de la grande majorité des réactions allergiques au chat. Mais puisqu'ils ne disséminent pas des poils partout dans la maison, ils répandent aussi moins d'allergènes.

Bien sûr, certains sont plus sensibles que d'autres et ne réagissent pas de la même façon. Et au sein d'une même portée, un chat peut s'avérer plus allergène qu'un autre. Il est donc vivement recommandé, lorsqu'on est allergique, de faire un test de quelques jours avant d'adopter un félin pour s'assurer que la cohabitation sera possible.

Avoir un chat quand on est allergique, c'est aussi accepter de devoir passer très souvent l'aspirateur, ainsi que depasser un gant humide sur le pelage du chat ou donner des bains réguliers  pour éliminer la protéine là où elle sécrétée.

Voici la liste des 8 chats dits moins allergènes que les autres chats : le Sibérien, le Cornish Rex, le Balinais, le Korat, le Bleu Russe, le Savannah, le Sphynx, le Bengal.

Une fois que vous avez un chat, la rigueur sera la clef pour minimiser les allergies. Lavez et passez l'aspirateur fréquemment. Nettoyez aussi régulièrement tous les couchages sur lesquels votre chat à l'habitude de dormir.

Vous pouvez limiter l'accès à certaines pièces de la maison. La chambre de la personne allergique sera, bien entendu, une zone interdite aux chats. Les pièces avec parquet retiendront moins les allergènes et seront plus faciles à nettoyer qu'une moquette. Si vous avez seulement quelques pièces avec de la moquette, vous devrez probablement en interdire l'accès à votre chat.

Les meubles ou objets avec des revêtements en tissu retiennent beaucoup d'allergènes alors il sera préférable de ne pas laisser votre chat s'y installer ou de lui interdire l'accès aux pièces où se trouvent ces meubles.

Plus vous brosserez votre chat et plus vous aiderez à réduire les réactions allergiques en prévenant la perte des poils qui se propagent dans l'air. Le faire au moins une fois par semaine est une bonne chose mais plus fréquemment serait idéal !

Au printemps, soyez particulièrement attentif(ve) au toilettage lorsque votre animal se libère de sa fourrure hivernale. Il est préférable (si possible) que les soins soient prodigués par quelqu'un qui n'est pas allergique et l'idéal est de la faire en plein air.

Nettoyez régulièrement la litière car la protéine responsable des réactions allergiques produites par la salive, les poils et les squames se retrouvent également dans les urines.

Sources : 

http://wamiz.com/chats/diaporama/8-races-de-chats-peu-allergisantes-4848.html

http://www.tsarsdefoncourt.com/siberiens-et-allergies.php