Qu’est-ce que l’hémobartonellose féline ?

L’hémobartonellose féline, également appelée anémie infectieuse féline, est une maladie provoquée par des parasites des globules rouges.

Ces parasites sont des bactéries, anciennement appelées Hemobartonella felis. Il a été démontré depuis, que plusieurs bactéries pouvaient être responsables de cette maladie, notamment Mycoplasma haemofelis et Mycoplasma haemominutum pour les plus courants.

Ces parasites se fixent aux globules rouges et entraînent leur destruction : on parle d’anémie hémolytique. Cette maladie peut être transmise par l’intermédiaire d’insectes piqueurs (notamment les puces) ou par morsures.

Comment se fait la contamination ?

Les chatons peuvent être contaminés par leur mère soit par voie transplacentaire, soit par le lait. Le parasite peut également être transmis en théorie lors d’une transfusion sanguine.

Certains chats peuvent rester porteurs sains, ne développant aucun signe de la maladie, jusqu’à l’exposition à un stress ou une maladie intercurrente leucoseFIV) qui peuvent déclencher l’expression de l’hémobartonellose.

Quels sont les symptômes de l’hémobartonellose ?

La sévérité des signes cliniques observés et la rapidité de développement de l’anémie dépendent de la bactérie responsable de l’hémobartonellose.

Les symptômes sont ceux d’une anémie hémolytique, à savoir :

  • anorexie (animal ne mangeant plus), 
  • abattement (fatigue),
  • hyperthermie (fièvre), 
  • augmentation de la fréquence respiratoire et de la fréquence cardiaque, 
  • splénomégalie (augmentation du volume de la rate), 
  • muqueuses pâles ou ictériques (blanchâtres ou jaunâtres). 

Dans les cas plus sévères ou en l’absence de traitement, la mort peut survenir rapidement.

Comment peut-on diagnostiquer la maladie ?

Des examens sanguins peuvent être réalisés :

  • La réalisation d’une Numération Formule Sanguine met en évidence une anémiegénéralement régénérative, ainsi qu’une augmentation des globules blancs
  • Un frottis sanguin peut permettre la visualisation des organismes au microscope dans moins de 50% des cas. 
  • Une PCR (Polymérase Chain Reaction) est une technique de diagnostic génétique très sensible. La PCR permet aussi de distinguer Mycoplasma haemominutum de Mycoplasma haemofelis (provoquant l’anémie la plus sévère), et de les quantifier. On peut ainsi déterminer si les symptômes du chat sont dûs à la présence des mycoplasmes, ou perfusion pour fluidothérapie, un support nutritionnelpour les animaux anorexiques ou une transfusion sanguine au besoin.

Guérit-on d’une hémobartonellose ?

Il est possible que l’animal reste porteur du parasite malgré le traitement à base d’antibiotiques. L’état de portage est d’une durée indéterminée. Dans ces cas, les récidives sont possibles lors de situation de stress, lors de maladies ou d’immunosuppression.

Quels sont les moyens de prévention ?

Une des principales mesures de prévention est de prévenir efficacement l’infestation par les puces et les tiques , grâce à un traitement antiparasitaire externe correctement appliqué à intervalles réguliers .

Il n’existe pas actuellement de vaccin contre l’anémie infectieuse féline. En revanche, en mesure supplémentaire, la vaccination contre le leucose féline peut être un atout.

Source : http://www.infoveto.com/fiche/hemobartonellose/